Le VIRAGE HUMAIN

Accueil > 04 - Les Dossiers > La SECU à 70 ans en 2015 > X - Le droit à l’autonomie

X - Le droit à l’autonomie

jeudi 8 octobre 2015, par Lolo

La population connaît un vieillissement dû à l’allongement de la durée de vie. La société doit s’adapter à ce progrès social car on vit plus longtemps en bonne santé.
Mais l’altération des capacités peut aussi conduire un plus grand nombre, à une situation de handicap et de perte d’autonomie.

Chacun pour bâtir un projet de vie et développer ses capacités d’autonomie doit bénéficier d’un environnement (logement, transport…) permettant d’éviter l’isolement social.

L’autonomie doit être considérée comme un droit

Pour cela, trois conditions :
- Améliorer la prise en charge et augmenter l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) pour réduire le reste à charge ;
- Créer un grand service public de l’aide à domicile, avec du personnel formé, qualifié, bien rémunéré, pour favoriser une offre globale et la coordination des acteurs intervenant dans le domaine médical, médico-social et social ;
- Soutenir les aidants sur le lieu de travail contre les discriminations dont ils peuvent être victimes et pour des droits leur permettant de jouer leur rôle.

Quel que soient l’âge, le handicap, la situation sociale, géographique, les droits à compensation d’un déficit fonctionnel doivent être identiques.
Les deux dispositifs différenciant les personnes selon l’âge (plus et moins de 60 ans) doivent être réunis.

Agir pour anticiper la perte d’autonomie

La lutte contre les inégalités de santé et la prévention, dès le plus jeune âge et tout au long de la vie, doivent être considérée comme priorités.

La transformation du travail est nécessaire pour favoriser l’émancipation des salariés et prévenir la dégradation de la santé et de l’autonomie.

Des ruptures dans les parcours de vie ont des effets sur la santé et l’autonomie.
Elles doivent être anticipées.
C’est le cas avec le statut du travail salarié et la sécurité sociale professionnelle proposée par la CGT pour lutter contre la précarité et le chômage.

Autonomie : quel financement ?

Le gouvernement répond par deux dispositifs injustes : la CASA (Contribution additionnelle solidarité autonomie financée par les retraités) et la CASA (Journée de travail « gratuit » pour les actifs).
La CGT demande leur suppression. Le financement doit relever de la Sécurité sociale.

Celui des établissements doit être rapidement revu. Les restes à charge très élevés pèsent sur les familles.
L’engagement du gouvernement à faire une loi à ce sujet doit être tenu.

Autonomie et démocratie

Les retraités doivent pouvoir être représentés par le syndicalisme pour défendre leurs intérêts dans les instances appelées à gérer l’autonomie mises en place dans le cadre de la loi.

Brochure à télécharger : les 70 ans de la SECU...