Le VIRAGE HUMAIN

Accueil > 04 - Les Dossiers > Les Notes ECO > Note Eco n°148

Note Eco n°148

mercredi 8 mars 2017, par Lolo

Des décennies de pression sur le monde du travail, de politiques ultralibérales en faveur des riches et des détenteurs de capitaux, de promesses non tenues et de reculs sociaux sont à l’origine de la déception et de la grande amertume de pans entiers de la population, surtout les salariés, les privés d’emploi et les retraités à faibles revenus.

Le sentiment de trahison, la peur du déclassement, l’insécurité sociale
constituent un terreau propice à la progression des idées d’extrême droite
et expliquent, dans une très large mesure, la hausse des suffrages en
faveur du FN.

Pourtant, la vision de société défendue par le parti d’extrême droite s’oppose profondément aux intérêts du monde du travail.

Fondée sur une analyse du discours et des documents officiels du FN, cette note vise à démontrer les réalités suivantes
 :
• les politiques décevantes des gouvernements
successifs expliquent largement
la poussée de l’extrême droite ;
• le FN surfe sur les souffrances des
gens, surtout les plus démunis, et
emploie des mots et formules qui
leur parlent ;
• en dépit d’un changement de style,
de stratégie et de tactiques, le FN
porte une vision de société qui est :
— contraire aux intérêts des travailleurs/
travailleuses,
— pro-capitaliste,
— anti-immigré-e-s, xénophobe et
colonialiste ;
• derrière l’image « moderne » de
Marine Le Pen se cache un conservatisme
sociétal.