Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/cgtsecu/www/ecrire/public/composer.php(49) : eval()'d code on line 298
CCN du 15 mai - l'actualité revendicative - le VIRAGE HUMAIN - UR CGT Rhône-Alpes
Accueil Site sécu CGT département de l'Isère La sécu
Accueil du site > 01 - Nos Professions > L’interpro > CCN du 15 mai - l’actualité revendicative

CCN du 15 mai - l’actualité revendicative

lundi 15 mai 2017

Version imprimable de cet article

CCN du 15 mai 2017
Déclaration Actualité revendicative


L’actualité politico-économique, n’a jamais été aussi propice à une remise en cause des conquis sociaux.

Le capitalisme n’en n’aura jamais assez et se félicite de l’arrivée au pouvoir de la finance décomplexée, poussé par une droite revancharde qui à défaut de présider veut gouverner, un MEDEF qui se sent pousser des ailes et une CFDT qui se rêve acteur incontournable du dialogue social.

Les législatives peuvent encore être le second tour social en portant au palais bourbon les forces de progrès sur les revendications portées notamment par notre campagne fédérale de 12 tracts sur le progrès social.

La CGT doit se préparer à faire du mouvement social le 3ème tour en jetant toutes ses forces dans la bataille.

Pour cela il nous faut réinvestir le maximum de bases syndicales, provoquer partout des réunions de syndiqués, des Assemblées Générales du personnel pour construire un rapport de force face aux attaques contre les salariés, les retraités et les privés d’emploi.

Il nous faut aussi investir les lieux où nous sommes absents afin de porter partout nos revendications.

La CGT doit travailler à une stratégie de convergences des luttes avec une journée d’action interpro avant l’été qui doit en appeler d’autres pour ne pas partir en ordre dispersé, même si toutes les actions se nourrissent des demandes des bases syndicales.

Les salariés, retraités, et privés d’emploi ont besoin dans le contexte de mots d’ordre clairs pour entrer en guerre contre ce futur gouvernement ultralibéral.

Il est impératif de se mettre en capacité de porter partout nos revendications et être force de propositions et d’alternatives afin de remettre l’humain au cœur de notre société.

Il faut continuer à être un acteur incontournable du monde salarial, plus que jamais revendiquer pour créer ensemble le rapport de force favorable à l’obtention de nouveaux droits, car une CGT utile et respectée est largement suivie en local sur ces mots d’ordre nationaux.

Il est urgent et indispensable de syndiquer, d’occuper le terrain et de gagner les élections professionnelles car le rapport de force fondamental passe par les bases syndicales pour une CGT de masse et de classe.

Nous avons besoin de plus de relais entre les salariés et les structures CGT.

Cela fait des années que le monde salarial, malgré des mobilisations d’ampleur comme sur le Loi travail n’a pas gagné et cela pèse et pèsera fortement sur les mobilisations à venir.

Mais je suis convaincu que les salariés et les citoyens sont prêts, à condition que la CGT donne des perspectives et soit une boussole en portant la revendication d’une société plus juste, plus humaine à l’entreprise comme à la cité.

Confédéralisons une riposte d’ampleur autour :
de l’emploi,
des salaires,
des conditions de travail
et de la protection sociale.

Nous n’avons pas le choix, l’extrême droite est aux portes de l’Europe et avec plus de 10 millions de voix pour le FN en France elle est devant nos fenêtres.

La seule réponse possible est l’espoir d’une transformation sociétale en profondeur, ou notamment le mouvement social en lien avec nos revendications peut obliger par le rapport de force les politiques à voter des lois de progrès social favorables au monde salarial.

Face à la volonté de passage en force sur le droit du travail et un futur PLFSS agressif et régressif, ne rien céder sur le code du travail du 21ème siècle, comme ne rien céder sur une protection sociale pleine et entière dans l’esprit du CNR dont nous discuterons demain matin.

L’optimisme est de rigueur à condition que nous y croyions tous et pour cela la CGT doit commencer par se rassembler et ensemble élargir le mouvement.

Des millions de citoyens ont votés pour des programmes de progrès social et parmi eux beaucoup de jeunes qui attendent qu’on leur donne de l’espoir.

Nos militants sont épuisés à force de toujours résister aux attaques des différents gouvernements et des pressions des tôliers, offrons-nous, offrons leurs des perspectives de victoire.

Voilà pourquoi face au prochain gouvernement anti social, notre CGT se doit de construire l’action pour être à l’offensive et ce sans attendre.

Lolo


La Vidéo


Communiqué de la CGT

IL FAUT EN FINIR AVEC LES RECULS SOCIAUX !

Emmanuel Macron vient d’être élu président de la République. Chacun connaît les conditions qui ont conduit à ce résultat au 1er tour et de façon plus évidente au 2nd tour.

Les enquêtes d’opinion à la sortie des urnes comme le taux record d’abstention et de votes blancs ou nuls confirment que cette élection n’est pas un plébiscite à un programme. Pourtant, c’est à ce tour de passe-passe que se livre le Président de la République et son entourage. La nouveauté ne peut se résumer dans l’âge du capitaine ou en essayant de brouiller les cartes sur l’échiquier politique français.

La nomination d’un Premier ministre proche d’Alain Juppé et soutien de François Fillon est symbolique du sens donné à l’action du gouvernement. La composition du gouvernement montre également que les ministres ne sont pas tous des inconnus de la politique.

Maintenant, c’est la casse du code du travail et de la protection sociale qu’Emmanuel Macron compte imposer, à coup d’ordonnances, sous l’injonction de Pierre Gattaz, pendant la période estivale.

Cette méthode ne répond en rien aux attentes, aux besoins, aux aspirations des salariés et du pays. Elle est le moyen de tenter de contourner le débat et de désamorcer les mobilisations.

Il n’y a ni urgence, ni efficacité à poursuivre une politique de déréglementation du marché du travail qui, à l’image du bilan du quinquennat Hollande génère chômage, précarité, explosion des inégalités.

Partout en Europe, ces politiques d’austérité donnent les mêmes résultats et alimentent la montée de l’extrême droite.

Le recyclage des vieilles recettes libérales n’est nullement un signe de modernisme. Ce sont les enseignements que chacune et chacun peut tirer des mobilisations contre la loi travail en 2016. Une loi à laquelle 70% de l’opinion publique et une majorité de syndicats se sont opposés mais qui fut adoptée par un 49-3 à l’assemblée nationale.

La CGT se rendra au rendez-vous avec Emmanuel Macron dès qu’il sera fixé. Mais nous ne ferons pas office d’alibi avec un pseudo dialogue social ou une simple concertation.

Nous nous y rendrons de façon offensive, en portant nos exigences sociales, empreintes de modernité pour toutes et tous.

La CGT demande l’ouverture d’une négociation sociale résolument tournée vers le XXIème siècle portant notamment sur : la réduction du temps de travail à 32 heures et l’augmentation des salaires et des pensions de retraite ; le renforcement du droit d’expression des salariés et d’intervention de leurs représentants ; l’amnistie pour les militants syndicaux et le respect des libertés syndicales ; le renforcement des conventions collectives et le rétablissement de la hiérarchie des normes et du principe de faveur.

Ainsi, la nouvelle proposition de code du travail, produite par le Groupe de Recherche pour un Autre Code du Travail (GR-PACT, universitaires spécialisés en droit de travail) est un premier socle qui démontre qu’il est possible d’allier simplification et renforcement des droits et garanties sociales pour répondre aux enjeux de notre temps.

C’est un nouveau message fort que la CGT veut faire entendre à la veille de nouvelles échéances politiques importantes pour le pays. Nous sommes conscients que, face aux objectifs du Président de la République et du gouvernement avec le soutien du Medef, une mobilisation du monde du travail, des privés d’emplois, de la jeunesse et des retraités est indispensable. La CGT entend bien y travailler très rapidement dans un cadre syndical le plus unitaire possible.

Sans attendre, la CGT appelle ses organisations à se déployer, partout dans les entreprises, les services et les localités pour débattre avec les salariés, les citoyens et faire partager ses exigences de progrès social. Elle décide, dès à présent, de faire de la troisième semaine de juin un temps fort d’initiatives et de mobilisations dans l’ensemble des territoires. Elle appelle également à une syndicalisation massive.

Montreuil, le 17 mai 2017


La photo