Le VIRAGE HUMAIN

Accueil > 04 - Les Dossiers > Les Tracts > TRACT 3 - MOURIR AU TRAVAIL OU VIVRE DE SON TRAVAIL ?

TRACT 3 - MOURIR AU TRAVAIL OU VIVRE DE SON TRAVAIL ?

lundi 5 mars 2012, par Lolo

Accord compétitivité emploi : Attention danger !

Jamais un gouvernement n’avait osé attaquer le code du travail et le contrat du travail comme le font gouvernement et patronat.

NON à la LOI WARSMANN
Elle est en cours d’adoption au Parlement. Elle permet à l’employeur de modifier les horaires et l’aménagement annuel du temps de travail en privant les salariés de la protection de leur contrat de travail.
Avec les futurs accords de compétitivité, c’est choisir entre la peste et le choléra.
Les salariés devront choisir sans possibilité de refuser entre :
- travailler 39 heures en étant payés 35 heures
OU
- travailler moins de 35 heures en gagnant moins

Au nom de la compétitivité, pour soi-disant sauver l’emploi, l’idée force du gouvernement et du MEDEF c’est de permettre que la durée du travail et les salaires soient fixés dans l’entreprise.

DANGER
C’est la fin de toutes les limites fixées par le code du travail :
• Durée légale du travail à 35h par semaine.
• Contrat de travail de chaque salarié.
C’est la fin des Conventions collectives nationales dans nos professions.

POUR LA CESE*
La compétitivité y est définie, non comme la capacité des entreprises à abaisser le coût du travail mais comme celle d’une nation « à améliorer durablement le niveau de vie de ses habitants et à leur procurer un haut niveau d’emploi et de cohésion sociale dans un environnement de qualité ».
* Conseil Economique Social et Environnemental

Les salariés de l’ensemble de nos professions sont concernés. Au nom des réductions budgétaires dans nos organismes et Institutions, les salariés devraient accepter de travailler plus pour gagner moins.
Demain, c’est la remise en cause des conventions collectives, du SMIC, des minima conventionnels, des accords de réduction du temps de travail signés dans nos branches, dans nos organismes ou associations.

La durée légale du travail (aujourd’hui à 35h hebdomadaires)
est aussi le seuil à partir duquel sont déclenchées les heures supplémentaires.

TOUS CONCERNES
Les heures supplémentaires obligatoires se multiplient. Nombreux sont les salariés pour qui c’est la seule solution pour « boucler » les fins de mois devenues trop difficiles.
Les employeurs rêvent d’un système où ils pourraient faire varier la durée du travail au gré de l’évolution de la charge de travail.
Plus besoin d’heures supplémentaires.

186 millions d’heures supplémentaires au 2e trimestre 2011, équivalent à 400 000 emplois en rythme annuel.
3 milliards d’euros de perte de recettes pour la Sécurité sociale.

Dans le même temps, il faudrait travailler plus tout au long de la vie.
Au prétexte d’allongement de l’espérance de vie, la retraite à 60 ans s’éloigne….

De qui se moque-t-on ?
Quelle société veut-on nous imposer ?

Les jeunes au chômage pendant que les plus anciens se crèvent au travail !

Quelle espérance de vie pour des salariés de plus en plus pressurés, stressés, déqualifiés, sous payés, submergés de tâches diverses et quelquefois contradictoires… ? Pôle emploi, RSI, régionalisation des URSSAF, MSA, suppression des accueils… aucun secteur professionnel n’est à l’abri de restructurations menées sans aucun souci ni du service public ni des salariés.

Les salariés de la protection sociale, confrontés aux fusions, mutualisations, restructurations sont en souffrance, leur santé physique et mentale est menacée. Dans la Mutualité, les licenciements sont programmés dans des secteurs pourtant fondamentaux pour la santé publique (centres de santé).

Dans l’Aide à domicile, secteur présenté en son temps, comme un gisement d’emplois, toutes les garanties collectives sont menacées, la précarité et les bas salaires sont la règle.

Il est temps de dire stop !
Stop à la dégradation des conditions de vie et de travail,
aux réductions d’effectifs, à l’intensification du travail !

Au 21ème siècle, il est juste de vouloir bien vivre de son travail, profiter de ses loisirs et d’une retraite bien méritée. Etre libre de vivre de son travail et libre de vivre sa retraite, c’est être moderne !

- Oui : De bonnes conditions de travail. C’est une idée moderne !
- Oui : L’emploi qualifié, rémunéré à temps plein et en CDI. C’est une idée moderne !
- Oui : Travailler moins pour travailler tous. C’est une idée moderne !
- Oui : La retraite à 60 ans pour permettre l’embauche de jeunes c’est une idée moderne.

Le 29 mars 2012, POUR LA RECONQUÊTE DE LA PROTECTION SOCIALE