Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/cgtsecu/www/ecrire/public/composer.php(49) : eval()'d code on line 298
CAF : COG 2013-2017 - le VIRAGE HUMAIN - UR CGT Rhône-Alpes
Accueil Site sécu CGT département de l'Isère La sécu
Accueil du site > 01 - Nos Professions > CAF > CAF : COG 2013-2017

CAF : COG 2013-2017

mardi 12 novembre 2013

Version imprimable de cet article


Vous êtes plus 500 internautes à avoir consulté cet article.
Toujours plus nombreux, merci pour votre fidélité et à bientôt sur notre site.
Lolo Webmaster


En 1995, la CGT a condamné et combattu le plan JUPPE, plan qui portait en lui les germes du démantèlement de notre Sécurité Sociale. Il instaurait et validait le principe des conventions d’objectifs et de gestion (COG) qui lient l’Etat et les Caisses nationales en leur imposant des contraintes fortes (économiques et comptables) au détriment du sens et de nos conditions de travail

Depuis, la première COG de la branche famille en 1997, les conditions de travail n’ont cessé de se dégrader. Elles n’ont fait depuis que s’amplifier pour plonger les CAF dans de grandes difficultés (retard dans le traitement des dossiers, stocks importants..). Ces difficultés ont été combinées à des méthodes de gestion insupportables : heures supplémentaires parfois imposées, fermetures d’accueils, réduction du nombre de caisses locales, pression sur les salariés, etc…

Malgré cela les personnels n’ont pas baissé les bras, ils ont exprimé leur mécontentement par des luttes diverses  : grèves, manifestations, pétitions à la population, aux élus, aux différents gouvernements.

Au cours des 12 derniers mois, la CGT en lien avec les personnels ont porté des revendications d’amélioration des conditions de travail, de reconnaissance professionnelle, d’exigence de création de postes pérennes, etc...

La COG 2013/2017 a été signée pour une durée de 5 ans. Seules la CGT et FO ont voté contre. CFDT et 1 Personne Qualifiée se sont abstenus. Tous les autres ont voté pour.

Une COG dans la parfaite continuité des précédentes et qui accélère même le démantèlement de la sécurité sociale.

Les conséquences de cette COG se traduisent par :

La volonté d’un choc de simplification

Elle se décline par un objectif de :
- l’augmentation des démarches en ligne : 100 % dématérialisée ; télé-procédure pour le RSA, le CLCA.
- la réduction des pièces justificatives en développant les relations avec les partenaires (bailleurs, dgfip, Pôle emploi),
- la simplification « apparente »du RSA et de la Paje (Prestation Accueil du Jeune Enfant)

La dématérialisation est mise au cœur de la stratégie de la CNAF avec le développement des services à distance, internet et le téléphone. Simplification des procédures qui ne vise qu’à la réalisation de nouveaux gains de productivité.

Sous des aspects apparents de « simplification » nous savons que cela induit une complexification accrue dans les démarches pour les allocataires et dans la gestion pour le salarié (morcellement dans le traitement des demandes, augmentation dans le nombre de visites à l’accueil, risque accru d’indus, etc.)

Choc de production

Aucune mise en adéquation des charges et des moyens. Des techniciens submergés, une expertise accrue, mais sans moyens supplémentaires, ni reconnaissance quelconque. Un choc de production qui en dit de l’arrogance et du mépris avec lequel les salariés sont traités.

Pensez-vous, Messieurs « de la CNAF et du gouvernement » que les 700 emplois d’avenir vont résorber la charge de travail accumulée depuis plusieurs mois ? Cerise sur le gâteau, vous n’avez pas le courage d’embaucher ces salariés en contrat à durée indéterminée puisqu’il faudra rendre ces postes. Une réduction nette d’un minimum de 2000 postes est programmée pour la fin de cette COG, c’est scandaleux !

Nouvelles doctrines de l’accueil 

Les CAF, par manque de moyens en personnel, ferment les accueils au public pour résorber le retard. Les caisses n’ont plus les moyens suffisants pour répondre à l’urgence sociale.

Informations générales, conseil personnalisé, expertises et accompagnement social : la COG prévoit qu’en fonction de la situation de l’allocataire, le type d’accueil sera différencié : c’est le plan territorial d’accessibilité.

Nouvelle trouvaille : l’accueil sur rendez-vous. Comment peut-on proposer un rendez-vous à des familles en détresse, qui ont besoin de ce contact pour chercher à résoudre leurs difficultés ! Un Service public, c’est un service ouvert au public !

Pour faire passer la pilule, la CNAF met en avant que c’est une demande des allocataires et des agents.

L’action sociale Encore une fois, beaucoup d’effets d’annonces et très peu de réalisations concrètes.

Les moyens budgétaires alloués ne sont pas suffisants pour conduire une politique d’action sociale à la hauteur des missions que l’on nous assigne.

Cette réduction des moyens (la dotation d’action sociale socle) mène à des choix drastiques : c’est moins d’aides accordées aux familles (aides aux vacances, secours, aide pour l’emploi d’une aide à domicile).

Dans un contexte de crise et d’explosion de la demande sociale il y a lieu de s’inquiéter réellement pour le devenir d’un service entier.

Cette COG va être déclinée dans les caisses locales.

AGISSONS tout de suite pour :
- L’embauche de salariés en CDI,
- La reprise des négociations sur la classification,
- L’arrêt des fermetures d’accueil,
- L’interruption des réorganisations permanentes,
- Arrêt des mutualisations et des externalisations,
- Une véritable politique d’action sociale.

Ultime provocation : Les présidents et directeurs de la CNAF se réunissent à Lille les 21 et 22 novembre 2013. La CGT sera présente pour porter haut vos revendications !!!